HISTOIRE ET GRAPHIE

UNE HISTOIRE

Après la chute de l’Empire Romain, à la fin du Vème siècle, le latin parlé a évolué pour donner progressivement naissance aux langues romanes : espagnol, italien, langue d’oïl, langue d’òc…
Le latin sera longtemps utilisé dans les actes officiels. Au XIIIème siècle, apparaissent les premiers textes en béarnais. Notre langue prendra la place du latin et deviendra officielle : les « Fors e Costumas », code législatif du Béarn souverain, seront en vigueur jusqu’à la Révolution Française…

 

UN NOM, UNE GRAPHIE

Nom officiel : occitan ou langue d’Òc (le « oui », nous le disons « òc », le « c » ne se prononçant pas).
Quatre formes principales : le provençal, le languedocien, le nord-occitan (limousin, auvergnat…) et le gascon (béarnais, bigourdan…),
La façon d’écrire le béarnais s’est progressivement altérée sous l’influence du français. Signalétique bilingue occitan français
Au XXème siècle la graphie est rétablie selon les règles de l’Institut d’Etudes Occitanes. Ce système orthographique est adopté et reconnu officiellement par l’Education Nationale, les collectivités territoriales (le Conseil Général 64 par exemple en décembre 2009) et la quasi-totalité du monde associatif.

 

UNE BELLE RENAISSANCE

Grâce au Félibrige dès la fin du XIXème siècle, puis à l’Occitanisme, la langue et la culture béarnaise connaissent une belle renaissance : enseignement, médias, édition, création littéraire, chant traditionnel et contemporain, théâtre, musiques, danses, fêtes et festivals…
C’est ainsi que la langue et la culture sont également devenues des vecteurs de lien social et de dynamisme économique.

 

QUELQUES GRANDS ECRIVAINS

Grâce à plus de 450 troubadours (poètes qui écrivaient ou chantaient la langue d'oc), la lenga nosta a été la première langue d'Europe aux 12ème et 13ème siècles.
Au 18ème siècle, Cyprien Despourrins (poète aspois, 1698 - 1749) composait des chansons (Rossinholet qui cantas sus la branca pausat...) qu'interprétait le chanteur d'opéra Jéliotte à la cour de Louis XV.
Au milieu du 19ème siècle, le grand poète provençal Frédéric Mistral (1830 -1914) va initier un mouvement important de défense de la langue d'oc (le félibrige). De nombreux félibres le suivront et écriront des poésies, des romans, des oeuvres théâtrales...[en Béarn : Xavier Navarrot (1830 - 1862), Miquèu Camelat (1871 - 1962), Simin Palay (1874 - 1965), Roger Lapassade (1912 - 1999)...].